Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Garçon, de quoi écrire !

Page précédente Page suivante

Garçon, de quoi écrire ! Bourges. Dans un bistrot
Brumeux comme à London, Ian Monk traque les mots
Hell is a city much like London dit Shelley
Cette obscure clarté qui tombe du néon
Elsa mon immortelle enchante la boisson

Intertextualité, citation ou plagiat ?
Vers nos yeux nous rampons l’esprit tout fissuré
Nos lèvres desséchées rêvent d’ un quinquina
Dans la mer des possibles avons-nous assez navigué...

Garçon, de quoi écrire ! Car un vers malsonnant
Offusque mon oreille. Si je note "océan",
Ledit vers est boiteux : au moins quatorze pieds !
"Océan du possible étalé devant nous"
Vingt fois sur le métier- C’est sûr, ça sonne mieux
"Remettez votre ouvrage", ressassait Boileau.

Quelques vers raturés, c’est pas la mer à boire !
"Lumineux, clair", est-ce un poème ou ce bistrot ?
Fuyant comme le jour, faisant fi du pourboire,
Vu un voyou qui ressemblait à mon amour.
Que fait donc ce quidam, gâchant mon élégie ?

Garçon de quoi écrire ! Mais le patron rugit :
Enfin, ma rime en "ou" ! Ce sera quoi pour vous ?
Rien, juste siroter, ersatz de Vittel -menthe
Le bleu d’un doux regard, les yeux de mon amante.

Citations :
Corneille
Apollinaire (La chanson du Mal aimé)
Aragon (Les mots m’ont pris par la main, in Le Roman inachevé)
Boileau