Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Fivette n° 3/5 (auto-fécondation in bistrot)

Page précédente Page suivante

donneur : Ian Monk, Plouk Town

ce bar de pas si merde que
ça en fin de compte y a
les filles la chaleur la lumière

je regarde le bistrot il est lumineux clair
comme un smog londonien et sa glauque clarté
nous crève les yeux nous fissure l’esprit et on rampe
là l’un vers l’autre dans nos yeux et nos esprits
pendant que le jour se casse nos lèvres sèches lampent
la musique de nos boissons de tes yeux jolis
comme mer de possibilités là devant nous
moi je crois pas à la fin pas au silence
moi je sais que les meufs seront toujours là dis
moi je vis que pour elles moi que pour ça
moi je pourrais pas vivre oh non un seul jour
moi je non pas sans ta présence même sans toi
moi je meurs dans la solitude bête dans le silence
l’autre est parti sans laisser de pourboire
le barman n’est pas né de la dernière pluie
le barman a déjà vécu tout ça si tu savais
et le barman nous fixe nous dit alors vous
ce sera quoi ?
un Martini un baby
encore puis un jaune
un rosé un jaune
un Martini une chope
ce sera pour l’instant juste boire
le bleu de tes yeux ton regard ton visage
dans la mer de choses possibles là où on nage
comme les voiles qui cachent les bleus

cet après-midi à Plouk Town nous marchons enlacés
hier soir au bistrot t’as pris mes mains
demain matin au plume on est là quoi là
cet instant au restaurant on est là quoi là
aujourd’hui sur l’Acropole on est qui enfin quoi