Accueil Les oulipiens de l’année Vers à soie
Enigme

Page précédente Page suivante

Au regne de l’Aurore, à la porte du jour
J’avois parmy les bois ma vie entretenue
Et quoy que ma laideur fut assez reconnue
J’estois la passion des Nymphes d’alentour.

Depuis que j’ay quitté cet aimable sejour
Le luxe me retient, l’avarice me tue,
Et faut qu’incessamment ma tasche continue
Afin de contenter et la ville et la Cour.

Je vieillis tous les ans et je me renouvelle,
Je meurs sans voir ma race : ô Nature cruelle !
Elle m’a fait difforme et mon ouvrage est beau.

Je m’enlace moy-même aux filets de la parque
Et par un sort egal à celuy d’un Monarque
Elle m’ensevelit dans un riche tombeau.