Accueil Les oulipiens de l’année Vers à soie
El Bombyxado

Page précédente Page suivante

Je suis l’industrieux, — le ver, — l’incoconné,
Le prince arboricole à la mûre abolie :
Ma fine toile est forte, — et mon nid façonné
Porte le bel espoir d’une étoffe jolie.

Dans la nuit du cocon, toit qui m’a couronné,
Dormant en chrysalide à l’humeur amollie,
La feuille qui plaît tant à mon corps ballonné
Est la table où ma panse a son œuvre accomplie.

Suis-je Ariane ou Clotho ?... Pénélope ou Charon ?
Mon fil est robe au corps doux baisé de la reine ;
J’ai bavé dans l’étoffe où nage la sirène...

Et j’ai vu toutes deux traverser l’Achéron :
Reposant corps à corps sur les rives du Styx,
La soierie et la sainte, et l’arbre du bombyx.