Accueil Les oulipiens de l’année Diomira, une ville invisible
Diomira (tankoum)

Page précédente Page suivante

En partant de là
Va trois jours vers le levant.
Voici Diomira
Tu ne repars pas de là :
Coupoles d’argent, statues

Levées pour les Dieux
Cristal, étain des pavés,
Et le coq de là
Au levant chante au soleil
Toutes les beautés du lieu

N’as-tu donc pas vu
Dans d’autres cités lointaines
Maints trésors levés
Dominant d’autres pavés ?
Le propre de ce lieu, c’est,

Quand tu viens de loin
Marcher, un soir de septembre
Sur ces pavés-là
Qui de loin en loin reflètent
Les néons des friteries

Dans le soir, un cri
« Hou ! » de femme, alors tu rêves
D’un lointain passé
Par une soirée pareille
Où tu as été heureux.

D’après Italo CALVINO - Les villes invisibles (Seuil)