Accueil Les oulipiens de l’année Crochet à goutte d’eau
Crochet par Pirou

Page précédente Page suivante
La mer est plate, lisse, superbe.
Une grande marée.
Au bord, trente charrettes attendent qu’émerge la tête des Perrots, ces rochers qui nous disent quand nous pourrons nous aventurer dans un haut fond, le passage qui mène au Grand Rocher.
L’usure causée pendant des siècles par les cercles de fer des roues de milliers de charrettes l’a façonné : deux sillons taillés dans le schiste et par lesquels, impérativement, il faut passer.
Bien les suivre.
Un mètre trop à droite, un mètre trop à gauche, on risque de verser.
Le cheval a l’eau au ventre.
L’eau affleure le plancher de la charrette.
Le cocher est attentif, devinant le passage, à travers l’eau, plus qu’il ne le voit.
Les passagers sont rassurés. Ils atteindront le Grand Rocher, source de pêche et du meilleur varech, parmi les premiers.
Doucement, la basse mer les y rejoindra
Mais, tout à l’heure, un frisson striera la surface de l’eau, une écume légère y flottera.
Il faut rentrer.
Et l’air, vibrant de plus en plus avec la mer qui monte, nous souffle que, face à sa force, à son immensité, nous restons bien petits.