Accueil Les oulipiens de l’année La Peinture à Dora
Choses mentales

Page précédente Page suivante

C’est surtout le dimanche que je me livre le plus volontiers à cette sorte de rêves éveillés. Malheureusement, mes collages me demandent généralement plus de quelques minutes, quelquefois même quelques heures. En termes de création, leurs « ressorts » s’articulent entre coïncidences et confluences. Tout se fait spontanément, comme les papiers froissés par la pluie sur un trottoir mouillé, et des œuvres d’apparence facile se présentent d’abord comme choses mentales. Le plus souvent, absorbé, je me concentre sur ces réalisations trop séduisantes et ne peux penser à autre chose. D’autres fois, je décroche, je renonce à les terminer et j’utilise les débris d’un collage en pleine déliquescence pour en fabriquer patiemment un autre, qui ne me demandera d’ailleurs pas moins de temps.