Accueil Les oulipiens de l’année Fondu au noir
Changement de point de vue

Page précédente Page suivante

Il finit de remonter la rue et respire, soulagé. Les derniers hectomètres ont été les plus angoissants. Un moment, à mi-chemin, il a cru qu’il n’y arriverait pas. Et pourtant il avait pris le volant et démarré sur les chapeaux de roue, en pensant aux mots du pompiste : « Il faut s’assurer qu’on a fait le plein. L’essence, elle est invisible aux yeux. » Maintenant il se réjouit d’avoir jeté le disque A dans une poubelle avant de démarrer. Comme ça, personne ne pourra dire que s’il a écrasé un aveugle, c’était parce qu’il était jeune conducteur.