Accueil Les oulipiens de l’année Crochet à goutte d’eau
Ch’crochet à l’nochère

Page précédente Page suivante

Batisse : Bin, mi que j’voulos monter d’zeur ch’tôt pour nettier
ché nochères et cheul mousse, me v’la dins d’bieaux draps. Pourquô qu’a
fallu que j’passe par cheul lucarne ? Cha glisse, y a nin moyen d’avincher,
nin moyen d’arculer non pu. J’in sue d’cau, me v’là prop’ ! Bertine !
Bertiiiine !

Bertine : Du ché qu’t’as cor grimpé, ti zote ? Te m’as
l’air infardélé ! Mais qué balou ! Avec ti, ché toudis l’même canchon.
Mais te n’es nin carpintier, sais-te ? Te t’acravinte, te t’esquinte
inutil’mint. Si te continue comme cha, te n’fras nin d’vieux oches. Y a
fauque ti pour faire cha. Et pi ravisse dzeur eut tiête, y vo queure eune
drache.

Batisse : Chu su’l’glace d’eune nuit, Bertine. Y a rin pour
eu’m ténir, cha dérape. Ché pas possib’, j’ai peur eud querre !

Bertine : Acoute, ché nin l’momint d’braire, nicdoul ! N’so
nin in foufelle pour cha ! Am’mote qu’y a foc un moyen, et pas deux : J’min
vas quère habile ch’l’équielle qu’est dins l’kotch. Et j’vas poser sin
crochet à l’nochère d’où qu’y a ch’ballot.

Batisse : T’es djà là que te raccours, Bertine, t’es eune
bonne, saitt ? Ché deul belle ouvrache. Fais gramin attintion si y’aurot
pas un tro ou eun’séquoi dzous ch’l’équielle.

Bertine : N’t’in fais nin. Raviss’, cha n’berloque nin.
Tiens-te à ch’ballot et à cheule farniète. Déchins tout duchemin. Met
tin pied sul’boujon in haut de ch’l’équielle. Cha y est, te vlà trinquile
à c’t’heure. Et l’prochaine fôs, au lieu d’cha, te f’ras tin gardin !

Batisse : Ouf ! J’vas m’assir un tiot peu ichi in haut. Bin
te diras chin q’te voudras, mais mi, uche que chu ainsin, chu fin bénache !

À la manière de Simons (Artiste patoisant lillois 1901-1979).