Accueil Les oulipiens de l’année Besoin de vélo
Céline et Julie vont à vélo

Page précédente Page suivante

Julie :
dis-moi Céline, tu as le sujet du devoir de philo ?

Céline :
mais oui, une histoire d’école, non, de vélo, attends : il s’agit de commenter la phrase : « le vélo est l’école du vent ».

Julie :
Ah, la barbe, je n’en ai marre des sujets sur l’école.

Céline :
mais non, c’est un sujet sur le vent.

Julie :
d’accord, tous les sujets sont du vent : la philo est l’école du vent !

Céline :
d’ailleurs, pour ce qui concerne ce sujet, tout a été dit sur zazipo.

Julie :
qu’est ce que c’est zazipeau ?

Céline :
c’est un site consacré cette année au vélo.

Julie :
ah, on pourra regarder.

Céline :
veux tu la liste de toutes les contributions ?

Julie :
non, non, je déteste les listes.
vertige des listes
vestige des litres !
Avaler une liste, c’est comme boire un litre de vinasse...

Céline :
mais non, il y a de bien bonnes contributions et...

Julie :
de toutes façons, le sujet est mal posé.

Céline :
pourquoi ?

Julie :
il n’a aucun sens.

Céline :
explique toi !

Julie :
si je dis : le mariage est l’école des femmes, tu comprends bien que ce
sont les femmes qui vont à l’école ?

Céline :
mais oui sans doute.

Julie :
donc si tu dis : le vélo est l’école du vent, tu affirmes que le vent va à l’école.

Céline :
ma foi, quand on ouvre les fenêtres...

Julie :
fenêtres dormantes et portes sur le toit, ouvrez vous !

Céline :
pas d’accord, c’est le sens du vent qui donne son sens au sujet.

Julie :
écarte les opposés, oppose le tracé, a écrit J. Perrysalkow : en écartant les vents contraires, je leur oppose la trace du vélo !

Céline :
on pourrait dire : le monde fabrique du vent

Julie :
penser nuit à la bêtise, a dit Zarathoustra, et : ne crachez pas contre le vent ! Voilà ma philosophie du vent !

Céline :
l’identité des contraires...

Julie :
hé, hé, dans la dialectique, les contraires s’échangent : l’esclave devient le maître, et le maître l’esclave ; l’esclave du vent deviendrait-il son maître ? ?

Céline :
... requiert que le cycliste fabrique lui aussi du vent.

Julie :
bah, il est donc sur le même piédestal que le philosophe : tous les deux fabriquent du vent, quel chef d’oeuvre !

Céline :
quel bidule de truc chouette !

Julie :
haro sur le cogito incapable d’aller au-delà du vent : sans transcendance, il n’est plus...

Céline :
qu’un vaste champ de bruine...

Julie :
à pourrir une selle de vélo !
Moralité :
à véto logico : cogito à vélo

Céline :
et maintenant, à nous le vent du nord dans la pipe !

Julie :
prête moi ton dos ma petite Céline

Céline :
un prêté pour un rendu

Julie :
la solidarité féminine n’a pas de limites

Céline :
je t’emprunterais bien ton scooter alors !

Julie :
d’accord, en échange de ton devoir de philo !