Accueil Les oulipiens de l’année Crochet à goutte d’eau
Cale en bourrin : thé, Graal, rocher, algue ou teuton

Page précédente Page suivante
Ce bras vidé, qu’un pacte visse, sut faire le narquois.
Pacha mou : Inde revit, pure, fourbe, parée !
Pâle mot : (un, deux, trois) « joufflu » ! Idée signée d’un nœud (hi !).
Parle moins. Drap reste, pourléchant grésil.
Bon pelote ours et lave eau à sa pelle.
Chute : Gilles, debout, crie : hé !
 
Morse gueulé, jaspé, ridé, fondé, faux, becte louche rose relatée hier.
Tasse - hourra ! - jette propensions.
Éteints ! Pousse ! Il pleut ! Vil festin troyen, inique !
Ut lime l’arrêt, serve d’aigre en-cas.
 
Couvre-pied approché, ragout de taux,
Ces zinzins pleurotes, chéneaux bancals, pots intrus, hélas aérés.
Inca me sonda crâne, dites-vous ? Repose, est-ce hurler ?
Vaille que vaille, dégroupe Jimmy, lit Phèdre.
Voile haï, lèpre osée. Alex, très mité, fin et rieur,
Sucre eau chez vous, sur ces pans désunis, peu titrés, scelle
Désordre d’autre (Ô âme à genoux, espérez !).
Soupe au céleri essore larme, crachin, féerie, heure.
Hé ! Mouchard ! Gèle entre matous, le pot à dévotes.
Record : sucette, feinte parfaite, grêle en tenant touche est (heu...).
Stuc, cheveux, fève, mélo... Quelle prose ! Hé ! Tout ça, mais grand cross.
Rots graisseux tenant vos tripots soudés, plats, sales et blonds. Sucre aux chais.
Ô furet, âme sûre, le projet en fonde (chapeau !) un « dedans », l’art hochet.
Ce trou veut qu’on s’alite et amphore brûlante ment...
Zoulou hèle fée et vite, aise hâte oubli d’heureux gardés « sur coup ».
Havre où bidonner en bière dans vers libres.