Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
C’est un soir avec du vent

Page précédente Page suivante

C’est un soir avec du vent, du tonnerre, du crachin. Elle paraît comblée par une BD : Hurlevent, d’Y. Leclercq. Un vif coup de tabac, puis le crachin se fait mousson terrible, un festival d’éclairs ou nets ou indistincts, même du tonnerre qui semble agonir quelque frondaison bleutée dans le gris du soir. De l’encadrement poli de sa fenêtre s’échappe un fil de crachin poussé ici par le coup de boutoir asséné d’emblée par le typhon à l’encontre du flot imprévu dont l’homme ni l’herbe n’a voulu, et pas du tonnerre qui donne la frousse à l’enfant ou ce gros vent qui se dit capable d’étouffer dans l’air le gong du soir.

Mots disjoints, également appelé "contrainte du snob" : deux mots
successifs n’ont aucune lettre en commun.