Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
C’est le sort du tutu

Page précédente Page suivante

C’est le sort du tutu, la désunion de la boule. Coup dur atténué sous un falbala par ordre du fanatique au tabac dilapidé. Au silence vert du cadastre si le poème putrescible du chaman se moire d’écume, sous six animaux gras de paille, là le naufrage des encolures tuteure ses cataclysmes avec des fils de soie. Sur un duvet où la vachère s’encanaille aux cocons par un salut immanent aux dix roues du soleil qui se love ajusté malgré l’inutilité anémique d’air frais qui se joue du temps de chien, les deux tas de glaïeuls ont gelé sans oxyder toute la beauté, ni la faux des tueurs ionisés y menaçant le doré du veau.

Salade Typomètre, Lucie Nsuelle, K.O.T., 2011