Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Brouillard holorime

Page précédente Page suivante

Je regarde le bistrot il est lumineux clair
Jeu heureux ! Garde-le, bistre eau ! Y l’ai lu, mis nœud, Claire

Comme un smog londoniens et sa glauque clarté
Qu’homme, hein ! s’moque. Long do nie, hein ! Et sa cloque qu’l’art tait

Nous crève les yeux nous fissure l’esprit et on rampe
Noue, qu’rêve l’aise, Yeu, nous fit sûrs. Laisse, prie ! Éon rend peu

Là l’un vers l’autre dans nos yeux et dans nos esprits
L’alun vers l’ôte-dents ! N’osent yeux et n’osent… Est-ce… ? Prie !

Pendant que le jour se casse nos lèvres sèches lampent
Pan ! Dent, queue, leu (1)… J’..ours ? Qu’a ce..Nô ? Lève, resèche, lampe

La musique de nos boissons de tes yeux jolis
L’âme, use (2), hic ! de nos boas, sonde ; taisent cieux - Jo, lis !

Comme mer de possibilités là devant nous
Qôm, mère de pot, Sibylle, ite (3) ! Là deux vents nouent

L’autre est parti sans laisser de pourboire
L’eau, trait part-y s’enlacer ? Deux poux reboire ?

Et le barman nous fixe nous dit alors vous
Hèle, barre, man, noue, fisc ! Noue, dicte hâle, or voue

Ce sera quoi ? Ce sera pour l’instant juste boire
Ceux, sœur, à quoi ? Ce ..ce rat pour l’un s’tend, jus te boire

Le bleu de tes yeux ton regard ton visage
Leus, bœufs de tes cieux, thon-renard, thon, vise âge

Dans la mer des choses possibles la où on nage
Dans la merde, eh ! j’ose, pot (cible) ! La houle…. Hon ! Ah ! Je…. (4)

— -

(1) Ancienne forme de loup, cf. À la queue leu leu.
(2) Var. : La Muse.
(3) « Allez », impératif du verbe eo, is, ire…comme dans « Ite, Missa est ! »
(4) Ici, je suis tenté d’échapper à la contrainte en conservant là où on nage