Accueil Les oulipiens de l’année Livres futurs
Au calcul des opuscules

Page précédente Page suivante

Les opuscules que je n’ai pas écrits, n’affabule pas, lecteur crédule, qu’ils soient nuls. En préambule (je le formule définitivement) je postule qu’ils sont - plumule et radicule – en germe dans le cumul universel des fascicules. Ils existent, dans les virgules, dans les cédules – même les plus minuscules, dans les notules – parfois en majuscules. Mais autour d’eux pullulent tant de lignes ridicules, se coagulent tant de paragraphes, que moi-même, hercule défait, je n’en récapitule, je n’en intitule aucun. Des copieurs sans scrupules les dissimulent ; loin que je capitule, je poursuis ces crapules dans d’innombrables diverticules, je circule à la recherche des granules, des particules, des cellules disséminées de mes futurs follicules.