Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Au café des poètes

Page précédente Page suivante

Ne me regarde pas ainsi, toi, ma pensée ! (Baudelaire)
Ce soir-là..., - vous rentrez aux cafés éclatants, (Rimbaud)
Un soir de demi-brume à Londres. (Apollinaire)
Dans le mauve et le glauque, et l’azur et les ors, (René Ghil)
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis, (Baudelaire)
Où du poète ailé rampe encor la pensée, (Hugo)
La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur. (Éluard)

Comme la nuit tombe vite ! (Hugo)
Le jour, en cette saison, (Hugo)
Comme un voleur prend la fuite, (Hugo)
S’évade sous l’horizon. (Hugo)
Sous l’or du soir qui tombe, (Hugo)
À travers ces lèvres nouvelles, (Baudelaire)
Où mon âme peut boire à grands flots, (Baudelaire)
La musique souvent me prend comme une mer. (Baudelaire)
Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire (Aragon)
J’ai vu tous les soleils y venir se mirer, (Aragon)
Au delà du possible, au delà du connu ! (Baudelaire)

Une Idée, une Forme, un Être (Baudelaire)
Parti de l’azur et tombé, (Baudelaire)
Et l’avare silence et la massive nuit : (Mallarmé)
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ. (Baudelaire)

Vous demandez des bocks ou de la limonade ? (Rimbaud)

Plus bleu que le bleu de tes yeux, je ne vois rien de mieux. (Aznavour)
Tes yeux, languissamment, me disent : « Si tu veux ». (Baudelaire)
L’horizon semble un rêve éblouissant où nage (Hugo)
Le langage des fleurs et des choses muettes ! (Baudelaire)
Nous sondons le réel, l’idéal, le possible, (Hugo)
Car enfin toute chose est possible ici-bas, (Musset)
Se voir le plus possible et s’aimer seulement. (Musset)

Collectif , Une exégèse monkienne.

Centon de citations empruntées à des poètes français.