Accueil Les oulipiens de l’année La Peinture à Dora
Antigramme Dora

Page précédente Page suivante

De temps en temps, et à l’aurore, je m’exempte difficilement de cette variable vétille. Avec bonheur, mes partitions s’effilochent parfois sur des mois, quand ce n’est plus longtemps. Sans rien évoquer de longueur précise, leur « fréquence » surclasse celles de l’Unquadquadium (4,3 nm) et du Palladium (10 nm). Tout se dessine succinctement, a contrario de la secrète sécheresse des portes, et de douteux tocsins durcissent, telle une petite quiche. Quelques fois, rempli d’ardeur, je m’enthousiasme pour quelques mélodies guère nerveuses, récriées, et je m’active à leur endroit. Du même coup, je me détache, je les laisse bruire telles quelles et je débauche le cœur d’un concerto au sommet de sa démesure sans détruire totalement sa redite, qui ensuite s’évaporera tout aussi brièvement.

Antigramme = antonyme + anagramme.
Maxime David a ci-dessus écrit le contraire de François Le Lionnais... avec les mêmes 627 lettres et 4 chiffres.