Zazie Mode d'Emploi
Page précédente Page suivante

Les vers à soie



MP3 - 971.9 ko
Écouter (MP3 - 1Mo)

poèmes

par

Guillevic

I

Les vers à soie
Murmurent
Dans le mûrier.

II

Ils ne mangent pas
Ces mûres
Blanches et molles

Pleines d’un sucre
Qui ne fait pas
D’alcool.

III

Les vers à soie
Qui sont patients
Et douillets

Mastiquent les feuilles
Avec un bruit
Mouillé.

IV

Ça les endort
Mais tout autour
De leurs épaules

Ils tissent
Un cocon
Rond aux deux pôles
A fil de bave

Puis dorment
Rassurés.

V

En le dévidant
On tire
Un fil de soie

Dont on fait pour une belle dame
Une robe
Belle également

Qu’elle porte
Avec allure.

VI

Quand la dame meurt
On enterre la soie avec elle

Et on plante
Sur sa tombe

En octobre
Un mûrier

Où sans fin
Les vers à soie

Murmurent.

À signaler qu’Eugène Guillevic n’a pas composé que des vers libres courtauds de cette sorte : ses « Trente et un sonnets » (Préface d’Aragon, Gallimard, 1954, réédité naguère tel quel, comme du temps de Staline) sont en alexandrins comptés et rimés, et on doit pouvoir y retrouver, si mes souvenirs sont bons, un sonnet sensiblement analogue. Si je me souviens bien également, il était dédié aux "travailleuses de la soie".


rss | admin | bureau | site sous spip