Zazie Mode d'Emploi
Page précédente Page suivante

Les vers à laine



Écouter (MP3 - 1Mo)
IMG/mp3/ac_verslaine.mp3?245/9e226e3ec2e9c5e98d9960ea9092aa7a3d44b28e
Il parle dans les chiottes, il fait la grosse voix dans
le broc. Parfois, il se tait derrière les bombyx qui volent.

Ivar Ch’Vavar, Hölderlin au mirador, chant 25

Les vers à laine du Nord bavardent dans le mûrier. Ils
ne mangent pas ces mûres molles et blanches, ou plutôt grisâtres,
pleines d’un sucre ne donnant pas d’eau-de-vie de genièvre.
Les vers à laine du Nord — qui sont patients et souillés —

mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé, comme s’ils chiquaient.
Ça les endort, mais, autour de leurs épaules, ils se bâ-
tissent un coron / non ! / un cocon rond aux deux pôles. Ils
en bavent, puis dorment épuisés. On le met à bouillir et

en le dévidant des ouvrières surexploitées tirent un fil de laine,
dont elles font, pour la belle maîtresse du patron, une robe,
chaude également, qu’elle porte élégamment, à la foire de Lille.

Quand la maîtresse meurt, on doit enterrer la laine en catimini
avec elle, et on plante, sur le terril, à la Sainte-Barbe,
un mûrier où, sans s’arrêter, les vers à laine bavardent.

Jacques Roubaud & Alain Ch’Vriar.

Vers de 11 mots.


rss | admin | site sous spip