Accueil L’oulipienne de l’année Crochet à goutte d’eau
Acre le doute gâche tout

Page précédente Page suivante
Acre, le doute gâche tout…
Crochet à goutte d’eau
 
Au long, ces strates imperceptibles
Le granit est compact. Lisse. Superbe.
Rare paroi. Pas un rebord sur le profilé massif
Parfois, pas la moindre fissure pour le barrer.
Isolé, loin, sur le mur tordu, on ne prie pas Dieu
Pas le moindre trou pour lui dessiner un œil.
Par ce mur de rocher on ne taillera pas.
Pas la moindre arête pour l’échancrer.
Bile ! Le sobre mot !
Il bombe le torse.
Chasse la peur, tel le lot de vieille phobie
Et la voie s’appelle The Shield, le bouclier.
 
Que de testostérone est due à l’équipe de fêlés si sotte, pour grimper sans outil forgé des parois métastables
Lorsque les aspérités font défaut et que toute pose de matériel d’assurage et de progression est impossible,
Tu y es, tel un moine qui nie le mur
Il reste un moyen. Unique. Ultime.
Cassandra règle des vers
La réserve des grands cas.
 
Courage en zone : tu as vu trop de chute !
Vous prenez un crochet à goutte d’eau.
Tu places ce pied, cette main. Tu montes le rocher
C’est un simple crochet de métal, pointu et acéré.
Un tarmac honni, âgé
Un hameçon à granit.
Si le ciel résille plaquez-vous au sol
Vous le posez sur l’écaille qui saille
Ô… Il put lutter timidement
s’il a visé le topo
D’un tout petit millimètre.
Voilà, il est posé.
Faut chercher les stries du roc, expérimenter ce monolithe têtu ! Drôle de visée ! Décidez une pause
À l’extrémité inférieure du crochet, vous suspendez une petite échelle de corde de trois marches.
Poussez ! Virer
sa peur pour le défi, rêve si nul… miches à zéro !
Vous respirez.
Vous posez le pied sur la marche inférieure.
Vous placez cette palme sur ce rocher droit. Ô ! Lent glissement de votre tégument…
Et vous chargez lentement tout le poids de votre corps sur cette mince margelle.
On cherche, sur ce bloc, la goutte d’eau, figée en nom, qui permet de gratter et tester l’esse.
Très lentement. Tout geste brusque peut faire déloger le crochet de sa maigre encoche.
Le dôme de bloc, trop trapu, se livre : gravis posément. Pas de choc !
Progressivement, votre poids se déplace à l’aplomb du crochet.
On cherche à étouffer l’ennui… une occasion sadomaso… et là, c’est très élevé, trop rude.
Au fur et à mesure, le crochet enfonce sa pointe dans la roche et se trouve consolidé.
Ô ! L’évènement voulu : survolez ces pentes !
Encore plus lentement, vous vous élevez.
Ô ! Sortir du mauvais piège retors… prévenez un exode : quittez Terre !
Évitez à tout prix de regarder sur quoi vous reposez entièrement.
Libre, ravi !
L’air vibre.

Le texte ci-dessus alterne anagrammes de Guy Deflaux et, en italiques, vers originaux d’Olivier Salon.