Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Vent allégorique de Hurlevent

Page précédente Page suivante
De Hurlevent les Hauts déchaînant leurs chinooks
L’ardoise sous la pluie abstient l’ample Zéphyre
Quand couve vespérale une Oceano Nox
À quoi recueil et voix dessinés vont suffire
 
Surgi brusque des eaux par la vitre nul phlox
Hallali qui beugla d’humanité son ire
Car Mathews affublé diffus d’éclairs zopioks
Assène de rejet soudain la Déjanire
 
S’accroche à la croisée un ouest si coups honnir
Persiste aux frondaisons dont fouette d’élixir
L’enfant sur l’ouragan fût-ce vent d’équinoxe
 
Elle abondante nue en phylactère fuir
Infiltre la fenêtre où cartographe Eudoxe
Étouffera du gong sitôt le septemvir

Les rimes permutent les voyelles et consonnes du sonnet de Mallarmé :
-ix(e) -or(e) ---> -ox(e) -ir(e)