Accueil Les oulipiens de l’année Traverse la terre
Traverse ce spleen

Page précédente Page suivante

Traverse ce spleen,
Le veuf qui s’avèrera
Pleutre soleil tiède.

Traverse l’étoile.
Celui qui sauve le rêve,
Serpents, perd la fée !

Traverse le fleuve.
Celui qui porta la reine
L’été perd ses Èves.

Traverse le fleuve.
Celui qui perd ses étraves
Pelote la reine.

Traverse le fleuve.
Palpe lorsque la sirène
S’écrie, têtue : vide !

Traverse les fleuves.
Celui qui départ sévère
Pelote la reine.

Traverse la treille.
Celui qui rêve de fées
Les trouve nappées.

Traverse la treille
Celui qui rêve de fées
Ne trouve les papes.

Traverse l’enfer.
Celui qui s’éveille aède,
Prêt au sport, se lève.

Traverser les deuils ?
Le veuf aquitain l’espère
Ce rêve, et le Pô.

Traverse l’épreuve
Pour que le cri de la fille
Ès sainte se vête.

Traverse la fée.
Et quand le cri seul persiste,
Éprouve, éveillé.

Traverse Nerval.
Celui qui peste déflore.
Pleure ! Ève est salie.

Traverse ce deuil,
Le veuf, l’aquitain pervers :
Elle est reposée.


Sonnet de haïkus (il y en a 14) tous anagrammes du poème original de Michelle Grangaud.