Accueil Les oulipiens de l’année Vers à soie
Stèle des vers à soie

Page précédente Page suivante

Sache que les vers à soie murmuraient dans le mûrier.
Ils ne mangeaient pas ces mûres blanches et molles, pleines d’un sucre qui ne faisait pas d’alcool !

Les vers à soie étaient patients et douillets. Ils mastiquaient les feuilles avec un bruit mouillé.

Cela les a endormi : — mais tout autour de leurs épaules, ils ont tissé un cocon rond aux deux pôles, à fil de bave ; puis ils ont dormi rassurés.

En le dévidant, nous en avons tiré un fil de soie !

Nous en avons a fait pour cette belle Dame une robe, — belle également, — qu’elle a portée avec allure.

Quand la Dame est morte, nous avons enterré la soie avec elle. Et nous avons planté, sur cette tombe, en automne, ce mûrier

Où depuis, sans fin, tu peux entendre les vers à soie murmurer.

Victor Segalen, Stèles (1914) [édition complète en préparation].