Accueil Les oulipiens de l’année Chanson de rupture
Sonnet du phare cru

Page précédente Page suivante

Comme la nuit en ce gîte plaçait
Ces cinq cumuls d’étoiles vagabondes,
Apex tué de cavernes profondes,
Aube quittant, de noirs dépôts chassait ;

Comme le ciel aux Indes rosissait,
Et le matin emmi ses tresses blondes
Illuminant mille perlettes rondes,
De purs diamants un champ enrichissait ;

Quand d’occident, telle une étoile offerte,
J’aperçus naître, à la lisière verte,
Cette nymphe en riant !

Ce que je vis fut, dès l’émue Aurore,
Le firmament : une honte colore
Angers et l’Orient.

Anagramme du texte de Forte, d’après du Bellay ;
vérification à http://tinyurl.com/JoachimForte