Accueil Les oulipiens de l’année Fondu au noir
S’asphaltant dans l’anthrax pas blanc

Page précédente Page suivante

S’asphaltant dans l’anthrax pas blanc

L’attachant gars passa la rambla, ahanant, s’allant calmant. Avant ça, marchant pas à pas, sa baraka l’alarma : à Manhattan, la cata s’abattra par hasard ! Car sans grand trac, l’anar lascar s’avança franc, scandant l’astral mantra : « La saga n’a pas d’avant-plan sans amant la matant, car l’art n’a pas d’avatar dans l’apparat flagrant. » Antan lançant par là-bas l’abracadabrant pal blanc, l’actant chançard s’acclama. Ah ! là, pas d’accaparant bavard parlant mal d’alarmants trams fatals, pas d’aggravant crash par tracas d’agaçants passants sans flash.


La seule voyelle autorisée est celle que Rimbaud juge noire.