Accueil Les oulipiens de l’année Chanson de rupture
Rupture

Page précédente Page suivante

Crochet gauche
Dans le punching-ball
Qui se dandine impardonné.
Paf ! mon direct droit sonne furieux, bondi d’un coup.
Instant noir dans un local suant l’odeur d’homme fauve. Parce qu’il faut bien vaincre.
Fixant l’ombre, à vomir je bois, sonné, un litre d’un côt impur souillant mon shirt dans un collapsus atroce, jumbo détraqué.

Onde vague :
Dans le punching-ball
Un jingle naît, sévit, m’accroche,
Atomise mon immonde cuite d’un long riff.
Un choc - un glissando vrillant - un choc. Hauban, nœud, corde claquent, battent, puissants.

Forme flasque
Dans le punching-ball.
Pluie d’acier criant l’océan,
Poing de noir dompté qui veut voir d’un jour gris la mort.

Honte au serf
Dans le punching-ball
Qui déjà vide gît sans forme.

Crochet gauche
Dans le punching-ball.

L’ombre tangue.


Noël Bernard nomme bigollo un poème dont les strophes sont construites sur la suite de Fibonacci 3-5-8-13-21-34.
Suit la contrainte du jeu de la vie : chaque strophe est écrite sur la même suite de voyelles, obtenue en appliquant l’algorithme du jeu de la vie à la phrase "Crochet gauche dans le punching-ball" empruntée un peu modifiée au texte de Frédéric Forte.