Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Quand a pris le feu...

Page précédente Page suivante

– La nuit... Quand a pris le feu, on ne peut plus voir la nuit. Quand il y a le feu, il n’y a plus que le feu qui compte. Eh ! le feu est un mage. Et ce soir, vois, pour nous le ciel a fait fuir la nue ! Il fixe au toit ses clous de cuivre, et la lune en chic rond d’ongle urf. Il n’en fait que plus froid, bien sûr, mais on sent, mais on hume, ah c’est week-end et le camp de week-end ! C’est vrai qu’il manque un peu la mer, mais le ciel n’est pas mal non plus comme eau-forte au Grand Tout. On n’y a pas cru : fuir en week-end si vite, et peut-être un temps si long ! Zyeute à cet astre, on le voit ; or, il n’est plus là, s’il faut croire aux trucs genre E vaut mc².