Accueil Les oulipiens de l’année Crochet à goutte d’eau
Pince à épiler

Page précédente Page suivante
La peau est compacte. Lisse. Superbe.
Parfois, pas la moindre ride pour la vieillir.
Pas la moindre cicatrice pour lui dessiner une minuscule crevasse.
Pas le moindre vaisseau dilaté pour venir la marquer.
Les joues se gonflent.
Et la peau douce rappelle Truffaut, le film.
 
Lorsque les aspérités font défaut et que toute pose de crème raffermissante et rajeunissante est inutile mais que quelques poils disgracieux font leur apparition,
Il reste une solution. Unique. Ultime.
Le remède des grands cas.
 
Vous prenez une pince à épiler.
C’est un simple outil à deux branches servant à tenir ou tirer quelque chose, pointu et effilé.
Une pince de métal.
Vous le posez sur le poil qui saille
D’un tout petit millimètre.
Voilà, il est pris en tenailles.
Vous tenez la partie postérieure de la pince fermement, vous ne tremblez surtout pas.
Vous respirez.
Vous essuyez les perles de sueur qui gouttent sous votre lèvre inférieure.
Et vous tirez lentement tout le poil de votre menton vers vous.
Très lentement. Tout geste brusque peut faire dévier la pince de sa maigre prise.
Progressivement, votre geste se déplace vers le haut.
Au fur et à mesure, la pince affirme sa capture pourtant précaire sur le poil et la préhension s’en trouve consolidée.
Encore plus lentement, vous l’enlevez.
Évitez à tout prix de regarder ailleurs et donc de vous déconcentrer car votre devrez recommencer avec les quelques autres poils que vous découvrirez grâce au miroir grossissant lumineux Beurer BS69.
L’air vibre de tension et d’attention.