Accueil Z’écritoires En sortant des ateliers
Picto-haikus

Page précédente

Copines hilares drues
Poinçonnées de trous d’hiver
Habitent le sacré
(Lilly)

Au lever du ciel
Le gros cosmonaute aveugle
Fantôme entravé
(Emmanuelle)

Cinéphiles muets
Brossent dans le sens du poil
Une butte explosée
(Lilly)

L’œil te regarde.
La montée est difficile
Quand on manque d’air
(Marie La Gouache)

Armée de l’ombre
Nichée dans les vieux débris
Carpe diem iceberg
(Lilly)

Tourner le dos aux équations
Attendre la lionne nourricière si elle revient
Compter les jours à nouveau
(Delphine)

L’Azur cotonneux
Dégrise le mâle superbe
Ah ! La belle époque
(Slowphie)

Mon visage neuf
Occupe un espace immense
L’ombre d’un fantôme
(Martin)

Carp’ile océane
Cuisine agée dépassée
Explosée, tuée
(Lilly)

Monde déserté
Réchauffement climatique
Le grand-père est mort
(Marie La Gouache)

De la foule, je
M’enfuis, de la jungle me
Voilà la reine
(Sophike)

Des hommes en musique
Parlent aux femmes timides
Tremblement de terre
(Maia64)

Les dieux outillés
Ont déchiré les nuages
C’est la ronde bleue
(Emmanuelle)

Nuage en désordre
Sens dessus-dessous
Je serai fondu
(Maya)

Contre le mur gris
Le serveur flou
S’est évanoui
(Maya)

Chose à s’imaginer
Un filet tendu
En bas un pont suspendu
(Maya)

Mi-ombre, mi-ciel
Éclairage sans nature
Font un noir et blanc
(Maia64)

Ma boite à outils
Oubliée, vie laborieuse
Au dos d’un poisson.
(Tchatchatcha)

Oncle bourrelier
A su dompter tous les cuirs
Et peaux de poissons.
(Tchatchatcha)

Versant précision
Pour toutes pentes glissantes
Savoir bien nager !
(Tchatchatcha)

Manches de poirier
Feuille tranchante telle une cime.
L’île au poisson-scie.
(Tchatchatcha)