Accueil Les oulipiens de l’année Retour de Babel
Parer une flottille

Page précédente Page suivante

Parer une flottille est toujours quelque chose d’un peu embarrassant : une limonade intégriste, matée par une banderille de boléro (...) sombre pour tout chamarrer, et jusqu’au patio même : c’est le même alambic, c’est la même tchatche, mais la rossinante n’est plus tout à fait la même, la grandesse des pampéros rouans chie, les bourricots ne reconquièrent plus tout à fait ce que nous attigions, un infant avant, bourricot, les palabres n’ont plus le même flamenco (...).

Jorge Pérez, Estampilles d’espadas (ed. Carsono)

M+-1 fonctionnel ne conservant que des mots d’origine espagnole.