Accueil Les oulipiens de l’année Vers à soie
Non, les vers ne jettent rien

Page précédente Page suivante

Non ! Pas de mûres...
Non ! Que des feuilles sans les mûres
Ni capables de voler
Ni d’ filer, condamnés à la soie !

Non ! nous grimpons...
Non ! nous nous enveloppons...
C’est tissé, enroulé, et douillet
On se fout du rouet !

Avec toute cette soie
On m’a fait une parure
Digne d’elle ou de moi
Juste ciel ! Quelle allure !

On peut compter les jours
Et avec eux leurs nuits
Pendant lesquels je jouis
De tous mes beaux atours...

Non ! Pas toute nue...
Non ! Ne m’enterrez pas nue...
Il fait froid, en octobre,
Couvrez-moi, après tout c’est ma robe !

Oui ! un mûrier...
Oui ! j’les entends murmurer...
Car voici, ô quelle joie,
Les petits recommencent la chère soie !

Merci à Edith Piaf et à Jacques Roubaud.