Accueil Les oulipiens de l’année Vers à soie
Les vers chinois

Page précédente Page suivante

Les vers à soie murmurent dans le mûrier.
En ces temps anciens, croyez-moi, ils volent.
L’empereur Shen Nung ne boit pas d’alcool,
ignore qu’il est assis sous un théier

lorsqu’une feuille tombe dans son eau bouillie.
Ça le surprend mais loin de jeter la drôle,
il goûte un peu, en reprend, vide son bol !
Le thé sera dorénavant cueilli.

Quelque temps après, c’est une dame, cette fois,
assise sous un arbre en octobre,
reçoit soudain dans sa tasse de thé, je vous jure,

un cocon dont elle tire le premier fil de soie.
Grâce à elle, naîtront d’impériales robes...
mourront sans fin les vers à soie, sans un murmure.

Merci à Jacques Roubaud et aux légendes chinoises