Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Le vent et la pluie

Page précédente Page suivante

Quel vent... Quand nous aurons allumé le tonnerre, nous ne pourrons plus voir la pluie. Quand il y a la lecture, il n’y a plus que les Hauts de Hurlevent qui comptent. La bande dessinée est un hypnotiseur. Regardez ce coup de tonnerre, la pluie a chassé tous ses nuages pour nous ! Elle a fixé à l’orage ses éclairs nets et diffus, avec un élégant tonnerre en arrondi d’homme soigné. Rien n’est moins persistant, bien sûr, mais on respire, on s’aère, c’est le temps des frondaisons dans le gris du soir. C’est vrai qu’il manque le cadre de la fenêtre, mais les fils de pluie ne sont pas mal non plus comme coups de bélier. On ne s’attendait pas à partir en abondance aussi vite, et peut-être aussi longtemps. Regardez cette pluie, je la vois, tu la vois, et pourtant elle n’existe plus, s’il faut en croire le tonnerre.