Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Le bistrot des deux lunaires

Page précédente Page suivante

Les deux lunes de la planète BOURGES-MONK-2014 brillaient, et l’azote coulait à pleines vallées, en gros nuages blancs, devant les deux néo-Martiens qui venaient d’y atterrir. Des vapeurs de soufre par endroits se teintaient de lueurs vertes, aveuglantes même derrière les hublots à triple vitrage polarisant.
La pesanteur assez forte ralentissait leur progression, et la faible pression du fréon dans les respirateurs produisait une sorte d’ivresse, une sensation de dédoublement.
La rotation rapide des deux lunes obscurcissait l’espace devant eux, et les lèvres sèches, ils entendirent la musique monkienne, celle pour laquelle ils avaient entrepris ce long voyage : tintements cristallins, harmonies glissando du grave au suraigu, semblables au « glass harmonica » inventé voilà des siècles par un Terrien.
Assez vite, l’effet Éros se fit sentir. Ian et Iannet, insensiblement, se rapprochèrent à toucher le hublot de l’autre, et mirent en route l’iodiseur afin de faciliter la naissance de l’émotion « marine » dont leurs ancêtres terriens faisaient, paraît-il, grand cas.
Puis les images de synthèse apparurent à l’intérieur de leur casque, et l’œil écarquillé, ils se rejoignirent dans cette navigation virtuelle, pleine d’îles, de rivages, de ports, d’horizons bleutés.
Un membre du groupe était retourné au vaisseau, déçu et grognon, et le C.O., le Capitaine Organisateur de la croisière, s’approchait de Ian et Iannet, prêt à intervenir sur le débit de fréon ou l’intensité de l’écran visualiseur.
Mais pour l’instant, perdus l’un dans la pensée de l’autre, ils poursuivaient leur second voyage de noces, longtemps après avoir vu la Venise Terrienne engloutie sous son plancher de verre antiradiation. Ils entrevoyaient une mer, et les nuages d’azote constituaient un merveilleux artefact de tempête à la Turner. Leur soif de culture les avait amenés là où ils le voulaient, et l’avenir s’ouvrait de nouveau devant leur couple. Leur Premier de l’an 2401 était déjà réussi et ils ne regrettaient pas le prix de cette escapade sur Bourges.

MONIKAN, L’escapade dans le Petit Nuage de ZA26-1-ZI26-9-PO16-15.