Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Le Nuict

Page précédente Page suivante

Cy vueil, avuecques mon petit entendement, faire une descripcion del nuict en mon gros et maternel langaige, por le treshault prince Robert.

Le nuict… Quant arons le fu alumé , ne porrons mais le nuict veoir. Quant vient li fus, seul li fus nous chaut. Li fus nous faschine. Icheste vespre, veez : li cieus a cachié totes ses nues por nous ! Et il a fichié a l’altisme part ses clos de cuevre, avuec une gente lune qui est si reonde com ung ongle bien sognez. Aussy faict ancor plus froit, ch’est seür, mais respirons, sentons l’ayr ; chi sont les vacanches, li camps de vacanches ! Chertes, li mers n’est pas lajus, mes li cieus couvient aussy por moustrer l’ynfyny.
Nous sommes sorpris d’aller si vistement en vacanches et, che puet estre, sy lonc tens. Veez chele estoile, jou le voy, tu le voiz, et neporquant ele n’existe mais, se debvons croire quanqu’a traict a le vistesse et le lumiere.

Texte découvert en 1467 lors de l’inventaire de la Bibliothèque de Philippe le Bon, émanant de l’atelier de Jean de Wavrin. Coloration picarde.