Accueil Les oulipiens de l’année Livres futurs
Labial babil

Page précédente Page suivante

Les lèvres que je n’ai pas baisées, n’allez surtout pas croire qu’elles soient pur néant.

Bien au contraire, elles sont comme en suspension dans mon esprit de séducteur.

Elles existent par grappes, par flashs, par réminiscences entières dans certains cas.

Mais il y a autour d’elles tant de vain remplissage, certaines sont prises dans une telle

surabondance de rouge et de gloss, que même moi, malgré toute ma concupiscence,

n’ai pas encore réussi à les visualiser nues. Le monde en fait me paraît rempli de proies,

ce qui fait de mon labeur une longue traque, la recherche têtue de futures conquêtes.

Marcel