Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
La veïssiez vespre de vent, de tonoire et de pleuve

Page précédente Page suivante

Cel vespre vante, tone et pluet. La damoyselle estoit moult ententive lysant le lyvre del Castel d’Ullevent, en secquence d’ymagetes tot escript, quant sobdaynement fiert ly tonoires, et la pleuve quy de kaïr ne fine se muet en veray delluge, avuec esclairs nez ou esparz quy tremblent, et ung tonoire ki, si com moy samble, fiert come corgie les fueilles enmy la grisle vespree. Par l’entaille de se fenestre colent menuz filetons de pleuve que boutent les colps si tres fors que le vent fiert par esfort devers le sobdaine planté d’iaue que ne vuet ne hom ne erbe, non plus que le tonoire qui salter vos faict com uns enfes, ou cel vent ki, pou s’en fault, estouffe la vespertinele campane.

Prose de la seconde moitié du XVe siècle, avec coloration picarde.