Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
La nuit du proche au lointain

Page précédente Page suivante

La nuit drapée de velours noir,
Brodée de punaises cuivrées.
Le feu empêchera de voir
Par ses flammes écervelées.

Brodée de punaises cuivrées,
Parure d’une lune arrondie.
Par ses flammes écervelées !
Tous autour du feu, accroupis.

Parure d’une lune arrondie,
Nul nuage ne la voile.
Tous autour du feu, accroupis,
Attirés par cette étoile.

Nul nuage ne la voile,
C’est la nuit de l’immensité.
Attirés par cette étoile,
Flamme de la félicité.

C’est la nuit de l’immensité :
Dix mille étoiles disparues.
Flamme de la félicité !
Qui réchauffe nos frêles mains nues.

Dix mille étoiles disparues
En scintillements illusoires.
Qui réchauffe nos frêles mains nues ?
La nuit drapée de velours noir.