Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
La nuit acrostiche

Page précédente Page suivante

Je raconte la nuit, mets les points sur les j
Allume donc un feu de branches d’acacia,
Crépitant il tiendra toute nuit en échec.
Quels nuages ? Au ciel, tu n’en comptes pas cinq !
Une lune en croissant, des étoiles, c’est beau
Et puis un vent bien frais que cette nuit amène
Sens-tu comme on respire ? Tu gonfles tes poumons.
Jalon de chaque année, comme La Mecque au hadj,
Oui ! C’est les vacances ! Vive le populo !
Usage voulant qu’il y ait la mer (de l’eau !)
Et le ciel infini au-dessus de ce monde,
Tant d’étoiles mortes leur lueur voyageant.