Accueil Les oulipiens de l’année Traverse la terre
L’oncle Albert traverse la terre

Page précédente Page suivante

Je voudrais vous parler de l’oncle Albert, mais ça me décourage, c’est long, j’ai peur de me lasser et de vous ennuyer. L’oncle Albert c’est celui qui a dit à Mémé Julie « Je vais traverser la terre ». « Toi aussi - a répondu aussitôt Mémé Julie, comme Raymond et Baptiste ! » Raymond est parti missionnaire en Afrique équatoriale, et il est revenu, je me souviens qu’il me parlait de l’Ouganda ; Baptiste, il est parti dans les îles, Nouvelle-Calédonie je crois, ingénieur, prospecteur de minerais, mais lui n’est pas revenu. Accident d’avion ! C’est drôle quand même, lui qui ouvrait le sol et le sous-sol, il est tombé du ciel dans la mer. Mémé Julie est toujours triste, sa fille Rose - c’est ma mère, est partie couturière en Argentine, elle disait que là-bas, c’est plein d’Espagnoles et d’Italiennes qui se nippent avec des falbalas, et qu’une couturière française devait avoir une place à se faire, une couturière qui sait placer avec mesure une pince ou une fronce. Il paraît qu’elle se débrouille bien.

L’oncle Albert, il a donc répondu à sa mère, que lui, non, il veut traverser la terre entière, voir des tas de pays, de continents, des montagnes, passer des cols, les cols ça l’épate ! Penser qu’on se tient sur la ligne de partage des eaux, qu’à main droite les eaux descendent vers une mer ou un océan, tandis qu’à main gauche, les eaux descendent vers une autre mer ou un autre océan. Il voulait traverser des déserts, des forêts, penser que les forêts, les grandes forêts tropicales disparaissent à toute allure, ça le bouleverse, donc il veut y aller pendant qu’il y en a encore. Il pense beaucoup Albert. Moi aussi, je fais travailler ma petite tête. La ligne de changement de date, par exemple, comment on traverse ? Et puis je réfléchis, le monde va de travers, la misère, les guerres... D’où ça vient tout ce malheur ? Comment ça se fait que certains possèdent des bijoux, des yachts, des châteaux, et d’autres n’ont même pas de maison ?

Mais j’en ai marre. Albert va partir, Rose ne veut pas revenir, moi je vais rester toute seule avec Mémé Julie.


Exercice de style : histoires, anecdotes, jaspin, verbosité, faconde, babil, logorrhée, verbiage, dissertation, babillage, loquacité, verbalisme, discutaillerie, bagou, médisance, superfluidité, discours, baratin, palabre, redondance, délayage, bavarderie, papotage, ragots, conversation, bavasserie, paraphrase, radotage, commérages, blablabla, parlage, racontar, commentaires, boniment, parlerie, qu’en-dira-t-on, chuchoterie, bruit, parlote, propos, chronique, cailletage et patati et patata, prolixité, causette, cancan, phrases, potins, caquetage, caquet, phraséologie... bavardage quoi.