Accueil Les oulipiens de l’année Chanson de rupture
Je suis un poids léger

Page précédente Page suivante

Je suis un poids léger, - crochet que j’ai collé
Le poing se déchaine et la phrase est démolie
Ma mandale était forte, - knock out ! Désolé...
Pied qui swingue et espoir de l’avoir abolie.

Léger bruit de tempo, qu’on perçoit, affolé
Quand parfois on s’agrippe en manière embellie
Qu’on s’effleure hésitants, le cœur incontrôlé
Et qu’on veille en la chambre où, sans pause, on s’allie

Est-ce lueur dans la nuit ?... Clignotant électron ?
La pulsion bouge encor du Tropique érogène
J’ai rêvé qu’on se frotte où l’image est sereine...

Et j’ai des fils tendeurs traversant sans mouron
L’océan de toujours sous sa ligne échauffée
De souvenir qui suinte en sono étouffée.


Pastiche d’El Desdichado de Gérard de Nerval.