Accueil Les oulipiens de l’année Crochet à goutte d’eau
Gros nez sans goutte d’eau

Page précédente Page suivante
La rhinite est d’attaque. Pif en berne.
Parfois , pas la moindre coulure pour le débonder.
Pas la moindre goulée pour le libérer un poil.
Pas la moindre solution pour l’épancher.
Elle te tombe sur le torse.
Et tes voie aériennes sont inutiles : très bouchées.
 
Lorsque les inspirations te font défaut avec une cyanose qui te menace à la marge et que la respiration est impossible,
Il reste un moyen. Unique. Ultime.
La réserve des grands cas.
 
Vous prenez un grog sans une goutte d’eau.
C’est une simple gnôle de campagne, goûtue et chargée.
Une boisson de bourrin.
Vous la buvez sur le zinc qui brille.
Quelques petits décalitres.
Voilà, il est avalé.
À la brutalité supérieure du tord-boyaux, vous suspectez une petite lichette de poire qui arrache.
Vous respirez.
Vous sentez le trajet dans vos sinus inférieurs.
Et vous versez lentement tout le reste de votre fiole sur ce mince espoir.
Très lentement. Tout reniflement brusque peut faire se bloquer ce gros nez et sa narine gauche.
Progressivement, votre voix se recale à l’aplomb de la gorge.
Au fur et à mesure, l’éthanol enfonce sa pointe dans ta tronche qui se trouve embrumée.
Encore plus lentement, vous vous couchez.
Surélevez à tout prix l’oreiller sur quoi vous reposez entièrement.
L’air passe.