Accueil Les oulipiens de l’année Retour de Babel
Garder la tête

Page précédente Page suivante

Perdre une fois est toujours quelque chose d’un peu éprouvant : une ligne imprécise, mal positionner une boule de billard (...) suffit pour tout chambouler, et jusqu’au public malheureux : c’est la même ambition, c’est le même tournoi, mais la réussite n’est plus tout à fait la même, la gloire du professionnel réputé chancelle, les boules ne rebondissent plus tout à fait avec ce qui normalement accompagne un impact aux bandes, les points n’offrent plus la même facilité (...).

Peler un fruit évoque typiquement quelque chose d’un passé enfoui : une lointaine image, manger paisiblement une bouchée de banane (...) suffit pour tirer cette expérience jusqu’aux profondeurs mnésiques : c’est le même aspect, c’est le même toucher, même la rugosité n’épargne pas tout à fait la main, le goût de pulpe revient crémeux, la banane ne résiste plus, tout aussi fondante après ce que nous avons un instant anticipé, bientôt le passé n’occupe plus la même fonction (...).

Piloter une fusée est toujours quelque chose d’un petit exploit : une lente inclinaison, masquée par un basculement de balistique (...) suffit pour te crasher, et jusqu’à parfois mourir : c’est la maitrise absolue, c’est le méticuleux travail, mais le réacteur n’exécute pas toujours à fond les manoeuvres, la garantie de pouvoir revenir comme les boulets ne rassure pas tout à fait, après ceux qui nous assènent un implacable allègement budgétaire les pilotes n’ont plus la même formation (...).

Produire un frigidaire est techniquement quelque chose d’un peu énervant : un liquide incompressible, mû par un bouillonnement de bulles (...) suffirait pour tout conserver, et jusqu’aux protéines même : c’est le mouvement alternatif, c’est le mécanisme thermique, mais la réfrigération n’élimine pas tout à fait les moisissures, la glace des produits recongelés cristallise, les boissons ne réagissent pas toujours au froid avec, ce que nous aimerions, une imputrescibilité assez bonne, les pâtes n’ont plus la même fermeté (...).

Poursuivre un fantasme est toujours quelque chose d’un peu excitant : une légère invite, marquée par un bras délicatement balancé (...) suffit pour te chavirer, et jusqu’au petit matin : c’est la mine aguichante, c’est la main tremblante, même le regard n’est plus tout à fait limpide maintenant, le galbe des palpitantes rondeurs captive, la bouche ne ressemble plus tout à fait à celle qui niait accorder un intérêt au baiser, les protestations n’ont plus la même force (...).

L’initiale de chaque mot est conservée.