Accueil Les oulipiens de l’année Fondu au noir
Et la rue respire

Page précédente Page suivante

Et la rue respire !
À mi chemin soulagé,
Il jeta sa canne.

Le cœur, l’essentiel.
Pensant aux mots du poète
Invisibles aux yeux.