Accueil Les oulipiens de l’année Livres futurs
Écrire est un fardeau

Page précédente Page suivante

Je suis le laborieux, - le prof - peu inspiré,
Je coince et suis en peine. Au secours, je mollis,
Mon seul espoir avorte. En lutte, pied à pied,
Je reporte au réveil de voir mes mots polis.

Tout m’ennuie, rien n’est beau. À quoi sert l’encrier ?
Sens comme ça se grippe... ah l’amer hallali,
Lecteur, sache à présent que j’ai peur du cahier !
Je cherche l’exemple que ma prose remplit.

Dans About ou Camus ?... Maupassant ou Breton ?
Leur crayon bouge encor à me copier sans gêne ;
Trouvé dans Sarraute des pages de ma veine...

Et tant de fois, auteurs, vous avez pris mon ton :
Formulant tour à tour votre dire greffé
À mes soupirs. Ma crainte est l’écrit réchauffé.

Gercel Nerfàbout