Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Ecce mojo

Page précédente Page suivante

C’est un soir de vent. Elle lit Le jet d’eau de Claude Aveline, elle aime ce hasard, déjà ça.

Est-ce l’eau de la mer, de la mère, le grand jet du mâle, Daumal ? La salive afflue et baigne sa langue, l’humidité imbibe sa délicate entrejambe, elle pense à ce nombre dont la somme des diviseurs est égale à la rétrogradation, neuf à la place de six, six à la place de neuf, Catherine rêve au secret menant de la blanche ineffable à l’indécidable black.