Accueil Les oulipiens de l’année C’est un soir de vent
Danglard, les Hauts de Gueulevent...

Page précédente Page suivante
– Danglard, les Hauts de Gueulevent, ça vous dit quelque chose ? lança Adamsberg, sans lever les yeux de la page de journal sur laquelle ils s’étaient distraitement posés une demi-heure plus tôt.
Le commandant soupira : déjà plus de vingt ans qu’ils travaillaient ensemble, et il ne savait toujours pas si le commissaire était simplement étourdi ou véritablement inculte. Il se demandait surtout d’où pouvait bien venir ce hasard inouï par lequel Adamsberg semblait toujours dénouer in fine les affaires les plus embrouillées.
– Les Hauts de Hurlevent, commissaire. Traduction française – assez bien troussée, je dois dire – du roman Wuthering Heights, écrit au milieu des années 1840 par Emily Brontë – sœur puînée de Charlotte et aînée d’Anne – et publié en 1847 sous le pseudonyme d’Ellis Bell. Un monument de la littérature anglaise, si vous voulez mon avis, et plus spécifiquement un classique du genre qu’ils appellent « gothic novel ». Histoire d’amours contrariées et quasi-incestueuses entre un dénommé Heathcliff…
– On s’en fout, Danglard ! Je vous parlais d’une bande dessinée. Retancourt m’a dit qu’elle lisait une BD intitulée les Hauts-de-quelque-chose dans sa chambre de bonne pendant sa plongée chez les Clamont-Bresseur (1) le soir de la disparition.
Danglard imagina un instant la lieutenant Violette Retancourt déguisée en femme de chambre. Aussi impressionnante en hauteur qu’en largeur, capable de soulever une fourgonnette à mains nues pour porter secours à la Boule, elle ne reculait devant rien et ne laissait pas de surprendre.
– Ça lui va bien, je trouve.
– Quoi, de lire une BD ?
– Non, l’uniforme de bonne… Mais qu’est-ce qu’elle vous a raconté, au juste ?
– Qu’elle lisait les Veaux du Hurlement en essayant d’écouter ce qui se passait à côté, dans la chambre du fils aîné. Pas facile, avec le bruit du tonnerre, de la pluie et du vent. Il paraît que la pluie a carrément tourné au déluge, une énorme pluie d’orage, qui a même fini par détremper son album parce que ça s’infiltrait sous le cadre de la fenêtre.
– De la foudre du ciel et des intempéries / Retancourt la colosse endure l’infamie ! s’envola Veyrenc, qui était entré sans bruit.
– Lui, il commence à nous les brouter avec son Racine ! siffla Danglard, rendu soudain irritable par le souvenir qu’il n’avait plus de blanc dans sa cache. Poursuivez, commissaire !
– Vous pensez bien que Violette aurait nettement préféré qu’il ne fasse pas ce temps de cochon. Même l’herbe n’aurait pas voulu d’une pluie pareille ! En plus, elle n’a pas pu entendre la cloche, avec le vent qu’il y avait. C’est l’aîné des Clamont qui, paraît-il, est chargé de sonner pour appeler la famille au dîner tous les soirs, mais ce soir-là elle n’a pas pu me dire s’il avait quitté sa chambre.
– De l’airain vespéral le son fut étouffé / Comme un soupir de sainte ou le cri d’une fée, ponctua Veyrenc.
 
(1) Cf., du même auteur, L’Armée furieuse.

D’après Harry Mathews et Fred Vargas