Accueil Les oulipiens de l’année Chanson de rupture
Chanson d’évasion

Page précédente Page suivante

Désir ! Mortel fauve
branle fort.
D’un gris hall j’attends...
Ce merdier
ça me hante.

« Toi tu te radines,
valet criard, pion ingrat,
prince des chenils,
et ta face foutrement
vipérine, funk, gore,
misérable corps en vrille,
trop se vend » — Mes nerfs grincent. Non !

Le disciple baveux
part. Fuit, entamé, lésé.
( Plus soif des jus tièdes ! )
Ho je te vomis l’amibe,
assez farci ton rictus.

Hippy, cajun, par ces temps durs m’arracher des
carcans visqueux. Et que j’ose
l’orge brun sous le tir des armées.
« Noir, seul, le traître chante
choix léger : rester zéro »


Double contrainte vocalique : les voyelles littérales sont respectées exactement ; les voyelles phonétiques le sont avec un peu de latitude : e muets identifiés à "eu", "é" et "è" non distingués, tout comme "ô" et "o", etc.