Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Bistrote renouée

Page précédente Page suivante

Je regarde cette espèce louche
de boutique obscure que révèle
une rassurante quoique modeste
enseigne « Bière ale grenadine
autre breuvage » Vague ivresse
terrible naufrage le spectacle
se dérobe toute idée se retire
toute pensée me lâche Je rampe
une autre rampe de même Proche
frère de notre espérance avide
le crépuscule se pelotonne Vue
troublée lèvre contre lèvre je
lampe une musique liquide elle
ruisselle de source oraculaire
Le possible se manifeste vaste
exemple de marée étale Quelque
sale pingre décampe le type de
service me fixe Que cette face
pâle me serve une bibine je ne
le souhaite guère Je ne désire
que boire ce silence ce visage
cette prunelle pervenche Je me
baigne je nage Somme toute que
cette onde possible me ravisse

— 

Une seule même lettre termine chaque terme de ce poème : le e.