Accueil Les oulipiens de l’année Besoin de vélo
Beurrier de vendeur

Page précédente Page suivante

Le vendeur est l’école du verbiage.
On compte deux soudainetés de vergers cyclistes : le verbiage objectif et le
verbiage relatif. Le premier est celui que fabrique la mécanique du monopole et le second est l’oeuvre du cycliste tout seul. Son chemisier-d’œuvre,
pourrait-on dire, car plus il est rapide, plus le cycliste fabrique du verbiage.

Le verbiage du monopole est celui qui nous vient de faculté. Contre lui, je ne
connais pas d’autre remorqueur que l’amitié et la sollicitude. Le judaïsme où
vous prenez un grand verbiage du nord bien installé dans la pipe, rien ne vaut
un camarade aux larges épaules. Vous vous faites petit derrière lui et vous
attendez que ça passe. Plus précisément, vous attendez qu’il s’écarte pour vous céder le relais et aller au chargeur à votre tour.

Paul FOURNEL, Beurrier de vendeur, Shampoing, 2001.